7 moyens de mieux gérer les devoirs, selon une orthopédagogue

Est-ce que ça vous est déjà arrivé de perdre patience après votre enfant, parce que ça fait mille fois que vous lui DEMANDEZ simplement de sortir ses DEVOIR

Est-ce que ça vous arrive d’avoir l’impression de vouloir réussir plus fort que vos enfants

Est-ce que ça vous arrive de prononcer des mots qui dépassent votre pensée, parce que ça fait cent fois que vous expliquez à votre enfant comme résoudre un problème, mais qu’il ne comprend toujours pas, ou qu’il ne semble pas vouloir comprendre ou ENCORE pire qu’il ne vous écoute même pas?

Restez zen, il existe des solutions simples et efficaces pour mieux gérer la période de devoirs! J’accumule les trucs et astuces de collègues, professeurs, professionnels, parents et amis depuis plusieurs années et j’ai décidé que le temps était venu pour moi de partager massivement toute cette information pour enrayer ces violentes tempêtes provoquées par les devoirs. Quand je parle de devoirs, j’inclus aussi les leçons, qui sont tout aussi impliquées!

Après plusieurs années d’expérience comme orthopédagogue, mais surtout comme maman, je réalise que la majorité des parents vivent les mêmes difficultés que celles que je vie! Heureusement pour moi, j’ai une formation qui m’aide à passer au travers de cette effroyable période avec mes 4 enfants (juste 3 qui sont à l’école, au hockey, au soccer, et en patinage artistique etc. Évidemment, juste un sport par enfant… mais plusieurs pratiques par semaine et un horaire débordant. Mais aujourd’hui, je fais le choix de vous partager mes meilleures stratégies pour TRANSFORMER positivement la période des devoirs.

1. Établissez une routine

Si vous voulez arrêter de vivre des situations conflictuelles avec votre enfant pour qu’il fasse ses devoirs, il faut établir une routine. ÉLIMINEZ l’effet-surprise! En effet, il doit anticiper l’heure des devoirs, ainsi il aura le temps de s’y préparer mentalement.

Dans ma maison, on fait comme ça : les enfants arrivent de l’école et quand il fait beau, ils vont obligatoirement jouer dehors. Vous devez adaptez cette routine à vos horaire et à votre réalité familiale. Comme mes enfants viennent juste de passer plusieurs heures assis derrière un bureau à se faire répéter d’écouter, tout en restant immobile et en silence, je privilégie un moment de dépense énergétique intense (j’ai des garçons et ils en ont besoin).

«Avez-vous essayé dernièrement? Ouf, après 30 minutes assise et immobile, j’ai le cerveau en compote, des fourmis dans les jambes, une soudaine envie de pipi… ou de grignoter, je pense à ce que je vais faire APRÈS ou à ce que j’ai fait AVANT et sans m’en rendre compte j’ai barbouillé pleins de mots incompréhensibles sur ma feuille de travail… oups»Imaginez donc vos enfants.

C’est donc important d’informer les enfants de la routine et même de les impliquer dans la création de cette routine. Pourquoi? Parce que ça les sécurise. On pense souvent que la routine c’est un obstacle au bonheur, mais au contraire! Saviez-vous par exemple que les enfants accordent davantage d’importance aux routines lors des différentes fêtes qu’aux cadeaux qu’ils reçoivent! Vous n’êtes pas certains, faites le test. Demandez à vos enfants ce qu’ils ont reçu comme cadeau l’an dernier? Et maintenant, demandez-leur ce qu’ils ont fait? Les réponses vous surprendront. Faites le même exercice pour vous… repensez à quand, vous étiez enfant! Wow, et dire qu’on oublie parfois que ce qui compte le plus, c’est le temps de qualité et non pas la valeur des cadeaux. Une chance que nos enfants sont là pour nous le rappeler.

2. Contrôler le temps

Limitez le temps des devoirs, trop c’est comme pas assez et on risque de perdre toute la magie de la chose. Bon pas tant que ça… parce qu’en fait ce n’est pas si magique, mais je dirais plutôt qu’on risque très probablement de nuire à la motivation de notre enfant. Pour les petits de 6 à 8 ans ce devrait être entre 15 et 30 minutes, pour les 9 à 12 ans, entre 30 et 45 minutes et pour les adolescents de plus de 12 ans de 45 à 75 minutes. L’ATTENTION DES ENFANTS EST LIMITÉE, celle des adultes aussi d’ailleurs Il ne faut donc pas surcharger un enfant, sinon, les résultats n’y seront pas de toute façon.

On peut faire les devoirs pour apprendre et comprendre ou faire les devoirs pour minimalement répondre aux exigences des parents et/ou du prof. Je vous confirme que la 2e option n’est jamais la meilleure. Au besoin, faites des PAUSES (d’ailleurs qui n’aime pas les pauses ) et/ou échelonnez la période de devoirs sur plusieurs jours.

3. Alternez devoirs et plaisir

Aussi, j’adore faire une période récompense après les devoirs… un petit moment de qualité collé, collé ou encore un jeu de société, une histoire ou même cuisiner en famille. Les enfants adorent aider, et ils se sentent choyés de faire plaisir à leurs parents. Alors après une période de devoirs efficace, soyez fiers, encouragez votre enfant et pensez à valoriser les efforts… en permettant un petit plaisir, qui nous donne envie de recommencer! Yes, demain ce sera plus facile 😉

4. Soyez clairs

Définissez ensemble ce que représente un effort pour vous, et des devoirs de qualité. En ayant une vision commune de vos attentes, ce sera plus facile pour vos enfants de s’y conformer et de vous rendre satisfait. Si ce n’est pas déjà lu, l’article suivant pourra certainement vous aiguiller à ce sujet : Comment favoriser le développement de l’autonomie de mon enfant?

5. Prévoyez les imprévus

La planification, c’est certainement l’une des stratégies les plus efficaces. Prévoyez les imprévus qui sont souvent prévus : activités familiales, rdv, soupers de famille, sports, émissions préférées… Échelonnez les études, les leçons, les travaux sur plus qu’une journée et gardez-vous même une période tampon pour gérer les fameux VRAIS imprévus. La charge de travail semblera plus réaliste à l’enfant et votre période d’étude en sera grandement améliorée. De courtes périodes plus fréquentes seraient une des clés du succès selon le professeur émérite Steve Masson.

6. Offrez un environnement propice

Finalement, l’environnement de travail. Il est souvent pénible pour l’enfant de se mettre à la tâche, une fois qu’il y est, ON VEUT qu’il y RESTE. Limitez les distractifs, par exemple que quelqu’un regarde la télévision (même si on croit que c’est une émission qui n’intéresse pas l’enfant) pendant la période de devoirs. Établissez plutôt une période de lecture pour toute la famille (même les plus petits) et rendez-vous disponible pour répondre aux questions de votre enfant. Assurez-vous que votre enfant a tout son matériel à proximité de lui (et au besoin, même une bouteille d’eau), sinon, il va trouver toutes les raisons du monde pour se relever en prétextant qu’il lui manque quelque chose (ce qui va lui faire perdre du temps) sans compter le temps nécessaire pour se remettre à la tâche.

Chaque fois qu’on s’interrompt, c’est toujours plus difficile de replonger… pensez à vos vacances, le retour est toujours plus long, ça demande une certaine adaptation…

7. Soyez frais et dispo

Bien sûr, il faut aussi s’assurer que notre enfant dort suffisamment, parce qu’avec la fatigue vient aussi l’inattention et la mauvaise humeur, j’en sais quelque chose ! Il faut manger sainement, le plus possible, des vitamines (je parle de vrais aliments, pas des comprimés) c’est toujours énergisant pour l’enfant et un contrôle des sucres… question de donner de bonnes habitudes. Je vous conseille aussi de bouger… surtout quand on a des garçons (j’en ai 3), c’est nécessaire pour eux. Des fois, j’alterne dans les devoirs, un exercice physique et une leçon et on recommence (il m’arrive même de moi aussi faire les exercices, je profite de l’occasion pour me remettre en forme).

 

Jessica Allocca, orthopédagogue, M.Éd.

By | 2017-10-18T10:28:50+00:00 31 mars 2017|devoirs, organisation, Trucs et astuces|